Traduction littéraire : la transcréation à l’état pur

L’écriture est un exercice délicat, alliant patience et imagination. Au-delà de la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères, de son côté, la traduction littéraire implique un processus minutieux de transcréation.

EN QUOI ÇA CONSISTE ?

Traduire une oeuvre littéraire ne consiste pas seulement à adapter un texte dans une autre langue que celle de son auteur. Elle nécessite de se mettre à la place de celui-ci, pour que son récit résonne dans une langue cible. Pour ce faire, un traducteur va tenir compte de plusieurs éléments : le ton, la structure, le champ lexical, le style d’écriture, la personnalité des personnages, l’univers, le genre littéraire, la culture du pays de départ, celui d’arrivée.

LES DIFFÉRENTS GENRES

La traduction littéraire englobe plusieurs genres : fiction, non-fiction, biographie, théâtre, sciences humaines ou encore poésie. Chaque genre nécessite des connaissances et des compétences particulières pour retranscrire avec exactitude le style d’un écrivain sans le dénaturer.

La fiction, la poésie et le théâtre ne demandent pas le même savoir-faire. La première implique de la structuration ; la seconde, de l’harmonie ; le dernier se doit de respecter une mise en scène.

LA PRINCIPALE DIFFICULTÉ

Lorsqu’il traduit une oeuvre littéraire, le traducteur découvre la limite des mots. En effet, si certains trouvent, presque toujours, une correspondance en langue étrangère, il arrive que d’autres challengent la créativité des traducteurs. Ainsi, la traduction littéraire ne se perçoit pas comme un ensemble de mots mais plutôt comme une association d’idées et de voix.

LE TRADUCTEUR ET L’ÉDITEUR

Un traducteur littéraire travaille main dans la main avec un éditeur. Ce dernier, permet la mise en relation entre un auteur et son futur traducteur. Il établit un contrat et les délais dans lesquels la traduction doit être livrée, il supervise l’avancement de la traduction et une fois terminée, l’ensemble des étapes de relecture et de révision avant validation, et enfin, publication.


Comme le précise l’ATLF, « la France est le premier pays traducteur au monde, les littératures étrangères y représentent plus d’un tiers des nouveautés chaque année. » La traduction littéraire reste une question d’équilibre, pour être entendue, mais surtout comprise comme le souhaiterait son auteur.


Tout livre a pour collaborateur son lecteur.

— Maurice Barrès

cropped-capture-d_c3a9cran-2015-11-11-c3a0-21-42-42

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.